Agence internationale de l’énergie atomique

La mission de l’AIEA, créée en 1957 sous les auspices des Nations Unies, est de prévenir la prolifération des armes nucléaires et d’aider tous les pays dans l’établissement de la sûreté et la sécurité de la technologie et de la science nucléaires. Les principes fondamentaux de toutes les activités de l’Organisation sont la non-prolifération des armes nucléaires et la prévention du terrorisme nucléaire, l’utilisation des infrastructures nucléaires à des fins exclusivement pacifiques, la sûreté de l’utilisation des infrastructures nucléaires, la transparence et la liberté de partager les connaissances et les expériences.

L'ordre du jour: Développement de l'énergie nucléaire pour atteindre les ODD

Chers délégués!

En tant que la Directrice générale de l`AIEA lors de la Simulation de l`ONU à MGIMO, je suis sincèrement heureuse de vous accueillir dans notre comité.

La question que nous allons discuter lors de cette session, préoccupe la communauté internationale dans son ensemble, ainsi que de nombreux pays qui ont déjà recours à la science et à la technologie nucléaires. Les techniques nucléaires ont un potentiel énorme lorsqu’il s’agit de leur utilisation pour un développement durable. Conformément à son mandat, l’AIEA contribue à la réalisation des ODD dans les domaines comme santé humaine, protection de l’environnement, énergie, etc.

La Simulation de l’ONU vous offre l’opportunité de vous essayer dans le role de représentant d’un pays ou d’une organisation et de promouvoir son vision de l’ordre du jour. J’espère que notre travail sera fructueux et vous intéressera beaucoup!

Bonne chance,
Irina Lukiyantseva
Directrice générale de l`AIEA

Honorables délégués,

 

Je suis très ravie de vous saluer en tant que l’Experte de l’Agence International de l’Énergie Atomique lors de la Simulation de l’ONU à MGIMO! Je suis Alexandra Kolesnik, une étudiante de la faculté des relations internationales à MGIMO, 4éme année, et je fais partie de la groupe des collectes de fond de la Simulation.

La Simulation est un événement unique dont la but est de développer les compétences professionnelles des jeunes dans le cadre de dialogue international. Cette année on nous a donné une occasion de participer dans les sessions de l’AIEA et débattre d’une des questions prioritaires mondiales: l’utilisation de l’énergie atomique pour atteindre le développement durable.

J’espère que le Présidium et les délégués réussiront à entreprendre le travail efficace et fructueux.

La Simulation donne la possibilité d’apporter votre contribution à la cause commune et faciliter la construction du monde durable et solide. Nous vous attendons avec intérêt dans notre comité!

 

Cordialement,

Experte de l’AIEA

Alexandra Kolesnik

Honorables délégués !

 

Je suis heureuse de vous accueillir cette année en tant qu’Experte de l’AIEA à la simulation des Nations Unies du MGIMO à Moscou.

L’utilisation de l’énergie atomique en vue d’atteindre les objectifs du développement durable porte un potentiel énorme. Pourtant, l’exploitation des centrales nucléaires et des méthodes scientifiques dérivées du nucléaire comprend non seulement la nécessité de сoncevoir et construire des installations complexes, mais aussi les risques élevés en cas des incidents. Les voies concrètes via lesquelles la propagation de l’énergie atomique et des méthodes nucléaires contribuera au développement durable, sont encore à être trouvées.

J’attends notre rencontre dans l’anticipation du travail fructueux et d’ambiance amicale et pleine d’enthousiasme.

 

Experte de l’AIEA

Veronika Prikhodko

Honorables candidats,

Notre ordre du jour est assez multidimensionnel et provoque de nombreux débats. C’est pourquoi, nous vous prions, avant tout, d’examiner attentivement :

— Le rapport d’Expert (pour pouvez y prendre des idées pour vos thèses et, puis, pour la position du pays).

— Les documents clés (vous les trouverez dans le rapport).

  1. Le contenu.
  • Vous pouvez diviser vos thèses en 3 parties : l’introduction, le corps et la conclusion.
  • On vous demande de rédiger un essai dans lequel il faudra inclure l’état actuel des choses, les problèmes et vos propositions pour les résoudre.
  • Vos thèses doivent contenir une argumentation, évitez de copier tout simplement l’information.
  • Attention! Ne vous concentrez pas sur un pays ou une région – les thèses doivent refléter la situation en général.
  1. Le format. Vous pouvez rédiger vos thèses soit sous forme de mini-essai, soit en énumérant des points principaux (comme une sorte de plan). La quantité est de 250–450 mots environ.
  2. La langue. Les thèses doivent être écrites en français, la langue officielle de l’AIEA à la Simulation de l’ONU à Moscou cette année. Veillez aussi, s’il vous plaît, au respect de grammaire et de l’orthographe.
  3. Le plagiat. Toutes les thèses seront examinées sur le plagiat, veuillez donc proposer votre propre vision de la situation.

L’AIEA vous souhaite bonne chance dans l’écriture des thèses. Nous vous recommandons de ne pas tarder avec vos thèses et avec le choix du pays, si vous voulez représenter un pays concret. En cas de difficultés, n’hésitez pas à nous contacter!

Experts de l’AIEA,

Alexandra Kolesnik

Veronika Prikhodko

Honorables délégués / représentants d’organisations internationales,

Un texte de position est un exposé de politique dans lequel les délégués clarifient les sujets des comités, représentent la position de leur pays / organisation et suggèrent des solutions qui correspondent à leur position nationale. Avant le début de C-MIMUN 2022, chaque délégation est obligée de rédiger un document de position destiné au personnel de la conférence et, encore plus important, aux autres délégués.

Vous devez rédiger un texte de position expliquant la position de votre pays / organisation sur le sujet traité dans vos thèses. Le texte de position a pour but de vous aider à comprendre les points de vue et les intérêts de votre pays / organisation sur les questions différentes que vous discuterez lors de la conférence. En plus, elles vous aideront à réunir toutes vos recherches dans un document concis et à garder en mémoire le point de vue de votre État / organisation tout au long du débat. Pour les nouveaux membres de l’équipe MUNers, la rédaction d’un document de position peut paraître un peu troublante, mais ne vous découragez pas. Avec suffisamment de recherche, vous constaterez qu’il sera facile et utile de rédiger un document de position.

 

Exemple du plan de papier de position:

  1. Premier paragraphe: contexte historique du sujet par rapport aux politiques et positions antérieures de votre nation / organisation.

Dans cette partie de la position il serait bien de traiter le contexte du sujet. Vous pouvez donc y mettre les traités importants et les résolutions ou initiatives passées que votre État ou votre organisation, respectivement, ont pris en charge. Il faut aussi formuler les questions fondamentales à résoudre à ce sujet, mais attention! Cela ne doit pas être tout simplement une reformulation de la section de base de votre thèse. Au lieu de cela, vous devrez approfondir la question à mesure que votre pays / organisation le voit. Répondez à de telles questions, comme:

  • Qu’est-ce que votre pays / organisation a déjà fait pour résoudre ce problème?
  • Quelles positions générales avez-vous prises dans le passé?
  • Quelles actions ont été couronnées de succès pour votre nation / organisation et dans quels domaines une amélioration est-elle nécessaire?
  1. Deuxième paragraphe : L’état actuel des choses concernant ce sujet dans les politiques de votre état / organisation.

Ce paragraphe devrait indiquer la position de votre pays / organisation en termes diplomatiques. Vous devrez y mentionner les initiatives et les travaux de votre pays sur la question au niveau national, avec des alliés, avec des partenaires régionaux et / ou au sein de la communauté mondiale. Expliquez ici pourquoi votre état / organisation est un exemple éloquent, a besoin d’assistance, a progressé ou peut aider d’autres pays / organisations sur ce sujet.

  1. Troisième paragraphe: Ce que votre nation / organisation recommanderait spécifiquement au comité pour résoudre le problème.

La dernière partie de votre document devrait traiter de différentes solutions que votre état / organisation aimerait que l’ONU examine.

  • Comment l’ONU devrait résoudre ce problème?
  • Quelles actions spécifiques aimeriez-vous voir prises?
  • Quelles solutions soutiendrez-vous dans une résolution?
  • Quels sont les recours auxquels votre pays / organisation s’oppose, qu’il/elle ne va jamais accepter?
  • En outre, en quoi la position spécifique de votre pays / organisation sur cette question va-t-elle concorder avec les positions des autres États / organisations?
  • Aux quelles questions doit répondre la résolution finale?

Enfin, le paragraphe devrait résumer la proposition de votre pays / organisation sur le traitement des problèmes liés au sujet. Il devrait estimer les progrès réalisés sur ce sujet, décrire les domaines à améliorer et suggérer des mesures spécifiques. Terminez avec une phrase forte et avant-gardiste.

Lors de la conférence, vous pouvez vous référer à ces déclarations dans vos discours et négocier leur inclusion dans des projets de résolution.

Attention! Lors de la rédaction de votre document veillez bien à ce que vous aurez 3-5 MINUTES pour présenter la position de votre pays/ organisation pendant la Simulation. En d’autres termes, votre texte ne doit pas être ni trop court, ni trop long.

 

Voici d’autres exigences auxquelles le texte de position doit correspondre:

  1. Le texte contient une déclaration de politique brève et bien définie sur le sujet, indiquant clairement les points de vue du pays / de l’organisation que vous représentez.
  2. Le texte comprend de courts renseignements sur les relations en la matière dont votre délégation possède actuellement, a entretenu dans le passé et souhaite avoir à l’avenir.
  3. Le texte contient des recommandations sur les actions ciblées à régler le problème. Dans ce cas, gardez à l’esprit la politique du pays ou de l’organisation, car les solutions et la politique doivent aller de pair.
  4. Le texte doit être malléable, flexible et pas rigide et les positions ne doivent pas être ni enracinées ni fixes. Si c’était le cas, la diplomatie serait perdue.
  5. Le texte est bien approfondi et énonce les meilleures solutions et les deuxièmes meilleures options, car vous avez clairement plusieurs propositions à réaliser. Plus vous avez de solutions / de flexibilité, plus il vous sera facile de vous déplacer parmi les problèmes et de parvenir à un accord avec vos collègues.
  6. Le texte ne comprend pas de pronoms de la première personne («je») que vous devez éviter d’utiliser car vous représentez la position de votre pays / organisation attribué (e). Vous pouvez employer les expressions suivantes : « Notre gouvernement / Nation / Organisation», «La Délégation de …».
  7. Le texte peut contenir vos propres idées sur la solution du problème, mais ces idées ne doivent pas contredire les politiques de l’État / de l’organisation que vous représentez.

 

N’arrêtez pas la préparation après avoir terminé vos notes de position et vérifiez régulièrement avant la conférence si la position de votre pays / organisation est restée la même. En cas de changements importants, informez le président et intégrez-les. Si le président constate des changements dans la politique officielle, il vous en informera et vous demandera de le modifier. Le document de politique envoyé une fois au président sera vérifié et renvoyé pour correction.

Vos efforts et votre engagement sont grandement appréciés. Veuillez garder à l’esprit une règle simple sur les MUN: mieux vous vous préparez, plus vous aurez d’amusement et d’expérience. Nous comptons vous voir à Moscou en avril et espérons que les débats seront fructueux et que la conférence sera couronnée de succès.

NB! Wikipedia n’est pas une source acceptée sur les MUN. Vous devrez effectuer des recherches plus profondes. Considérez le site de l’ONU, de l’AIEA et du ministère des affaires étrangères du pays que vous représentez, cela vous facilitera certainement la tâche!

 

Exemple du Papier de Position

Comité: Première commission de l’AG

Pays: Canada

Ordre du jour: Assistance à la lutte antimine

Chers délégués, Mesdames et Messieurs, Monsieur le Président !

C’est pour nous un grand privilège de présenter notre position sur l’une des questions les plus controversées et les plus brûlantes du processus de désarmement dans le monde. Nos cœurs sont remplis d’espoir sincère que l’objectif de la création d’un monde totalement exempt de mines terrestres et d’armes similaires, inhumaines et indiscriminées, est vraiment réalisable. Nous sommes ici pour faire notre chemin commun vers cet objectif commun.

Pour commencer, notre délégation devrait souligner que la lutte antimines fait partie intégrante de l’ensemble du contexte du désarmement. Pour le moment, nous avons besoin d’une conversion progressive de l’économie mondiale, devenue trop militarisée. La course constante aux armements semble nous ramener aux temps difficiles de la guerre froide ou, pire encore, de l’entre-deux-guerres. Considérant qu’il a été clairement démontré que des dépenses militaires élevées entraînent des conséquences économiques défavorables. La question ne concerne donc pas uniquement les normes morales, les valeurs spirituelles, etc., mais les spéculations sur l’utilité nous poussent également vers l’interdiction des mines antipersonnel.

Restant humble, nous devrions toujours mentionner notre pays comme l’un des meilleurs exemples de développement de niveaux de vie élevés sans militariser l’économie. Ce n’est pas un secret que 1% seulement de notre PIB concerne le secteur de la défense. Il est d’une importance vitale que la fabrication des mines antipersonnel ait également été impliquée dans le processus de conversion dans son ensemble : les matériaux utilisés pour de telles « activités meurtrières » devraient être utilisés à des fins pacifiques ; sinon le gaspillage des ressources continuera (la fabrication de la mine consomme énormément d’énergie, soit dit en passant). Mais, comme on le voit à présent, certains de nos partenaires préféreraient défendre leur souveraineté et défendre leurs frontières, par tous les moyens, plutôt que par lutter pour la paix et la sécurité internationales. Il n’y a aucun doute qu’aucun d’entre nous n’a le droit de les empêcher d’atteindre ces objectifs, mais nous sommes tout à fait convaincus que les mines sont une arme utilisée pour protéger les frontières nationales (nous entendons à la fois les mines antipersonnel et les mines anti-véhicule) peuvent être progressivement remplacés par certains types d’armes dites « non létales ». En fait, nos collègues des États-Unis avaient des projets dans le domaine (ils ont même proposé des mines terrestres non létales qui empêcheraient l’intrus au lieu de le tuer !) Au début des années 2000, mais ils n’ont abouti à rien, faute de soutien, en particulier le soutien financier, ainsi que le mépris de nos pays pour de telles idées de maintien de la paix. Personnellement, notre parti est prêt pour la coopération internationale dans le domaine

 Liste de pays:Représentant:
1Afrique du Sud
2Allemagne
3Argentine
4Australie
5Azerbaïdjan
6Bangladesh
7Biélorussie
8Botswana
9Brésil
10Cambodge
11Cameroon
12CanadaTimoféev Nicolas Alexandrovitch
13Chili
14Chine
15Croatie
16Cuba
17Égypte
18Émirats arabes unis
19Espagne
20États-Unis d’Amérique
21Éthiopie
22France
23Guatemala
24Inde
25Indonésie
26Iran (République islamique d’)
27IsraëlBron Alan
28Italie
29Jamaïque
30JaponConstantin Zagorulkin
31Jordanie
32Kazakhstan
33Kenya
34Lettonie
35Libye
36Madagascar
37MarocPrésident
38Mexique
39Monténégro
40Mozambique
41Norvège
42Ouganda
43Panama
44Portugal
45Quatar
46Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord
47Russie (Fédération de)
48Serbie
49Sierra Leone
50Singapour
51Slovaquie
52Suisse
53Togo
54Turquie
55Uruguay
56Zambie
57Zimbabwe
Observateurs
1L'Association mondiale des exploitants nucléaires (WANO)
2Forum des Organismes de Réglementation Nucléaire en Afrique (FNRBA)
3Union Européenne (UE)